METIERS DE LA CROISSANCE VERTE

Métiers du développement durable, métiers verts, métiers de l’environnement,
ces termes aux contours souvent flous sont attirants pour de nombreux jeunes.
De plus on assiste aujourd’hui à une communication effrénée autours de ces emplois,
avec le chiffre de 600.000 emplois de la « croissance verte » potentiellement créés  d’ici 2020,
qui nécessite quelques éclairages.

Les métiers du développement durable comprendraient donc, de façon cumulative,
trois grandes familles de métiers ayant chacune leurs spécificités :

1 - Les métiers de l’environnement
2 - Les nouveaux métiers du développement durable
3 - Les métiers de la croissance verte
 

    vidéo présentation métiers de la croissance verte février 2011


barre séparation

1 - Les métiers de l’environnement
On classe traditionnellement les missions environnementales en cinq grandes catégories :

La protection et la gestion des espaces et espèces naturels :
Assurés initialement par l’Etat et de plus en plus par les collectivités ou par des associations spécialisées, ces métiers de la nature sont ceux auxquels on pense spontanément, mais ne représentent qu’une faible proportion des emplois environnement (de l’ordre de 10 %).

La prévention et le traitement des pollutions et des nuisances :
C’est dans ces secteurs que l’on retrouve les emplois liés à l’eau et aux déchets, mais aussi la recherche de process permettant de réduire les nuisances des entreprises, pour répondre à une législation toujours plus exigeante, et à une demande sociale plus vive ;

 L’aménagement du territoire et du cadre de vie :
Que ce soit la construction des infrastructures ou l’entretien des espaces verts, les collectivités développent des emplois contribuant à la gestion d’un environnement de plus en plus urbain et anthropisé ;

 La protection de l’Homme, l’hygiène et la sécurité :
Ces métiers sont liés à  la prise de conscience, dans les années 90, du lien fort existant entre la qualité de nos milieux (ressources, alimentation…) et la santé publique ; protéger l’environnement, ce n’est plus seulement conserver un bien commun (dimension éthique), mais plus prosaïquement protéger l’Homme.

 La gestion sociétale de l’environnement :
Dans cette catégorie on retrouve les emplois liés à la sensibilisation, l’éducation à l’environnement, mais aussi le droit et le conseil environnemental. Ces emplois sont développés par tout type de structure, l’éducation étant plutôt du ressort des associations et des collectivités, et la législation intéressant fortement les entreprises.

barre séparation

2 - Les nouveaux métiers  du développement durable

Depuis le début des années 2000 les collectivités et entreprises commencent progressivement à intégrer le développement durable dans leurs politiques, avec des effets qui deviennent perceptibles au niveau de l’emploi.

Dans les collectivités on voit donc se mettre en place des politiques globales de développement durable, de type Agenda 21 local, menées par de personnes compétentes pour animer et piloter ces politiques. Ils vont devoir assumer un rôle de « chef d’orchestre »,  entre les différents services de la collectivité pour assurer la transversalité de la démarche, avec la population pour mettre en œuvre la participation, et avec les différents experts pour garantir tout à la fois la rigueur de la démarche, mais aussi sa « lisibilité » pour les élus et les citoyens.
Dans les collectivités, en parallèle du développement durable, on voit aussi se développer des politiques plus sectorielles sur l’énergie (plan climat territorial) ou des secteurs connexes comme l’économie sociale et solidaire, la politique de la ville, avec un nécessaire croisement de ces différentes entrées.

Dans les entreprises, après l’intégration de l’environnement dans les années 90 avec le  management environnemental, on voit aujourd’hui arriver une approche plus globale, appelée Responsabilité Sociétale de l’Entreprise (RSE). La RSE intègre dans une recherche de performance globale la rentabilité économique et la responsabilité environnementale, mais aussi la prise en compte de la dimension sociale. Dans ce cadre les emplois liés à la RSE vont se développer en particulier sur le volet gestion des ressources humaines, avec des questions comme le handicap, la parité, l’évolution de carrière.

 ligne séparation

3 - Les métiers de la croissance verte

concourant à la gestion des problématiques de développement durable

issus de l’intégration des enjeux du développement durable, qui sont souvent un recyclage de métiers classiques  (bâtiment, agriculture…)                 
vidéo présentation métiers de la croissance verte février 2011

C’est bien entendu dans ce secteur que réside le plus grand flou. En effet les politiques de développement durable passent par l’intégration de ses enjeux dans les différents secteurs. Limiter les gaz à effet de serre par la maîtrise de l’énergie relève tout à la fois des métiers de chargé de mission énergie et environnement dans les entreprises (métier de l’environnement), de chef de projet « Plan Climat territorial » (nouveau métier du développement durable), mais surtout des maçons qui vont mettre en œuvre l’isolation des bâtiments permettant une meilleure performance énergétique (métier concourant à la gestion des problématiques de développement durable). Peut-on alors parler de métier du développement durable pour ces métiers du bâtiment sous prétexte que les personnes contribuent à la limitation de la consommation énergétique, voire même qu’elles utilisent des isolants écologiques ? Et on pourrait dire la même chose pour les métiers des énergies renouvelables, qui, au-delà des quelques chefs de projets sur des fermes éoliennes ou photovoltaïques, sont essentiellement des métiers du bâtiment demandant des compétences en plomberie, électricité, étanchéité…

ACTUALITES DIFED RESSOURCES NOS PARTENAIRES RESEAU EEDD

LOCALISATION & CONTACT ACCUEIL